Annonce d’une nouvelle source de recommandations pour la radioprotection :

 « Recommandations du Comité Européen pour les Risques des Radiations (CERR) : les effets sanitaires des expositions à de faibles doses de rayonnements ionisants, à des fins de radioprotection. Edition 2003 »
Note: This translation is of the 2003 Recommendations. In April 2010 the Committee published new Recommendations. The Committee hopes that the new volume will become available in French.

Un groupe de scientifiques européens va publier prochainement un nouveau volume de conseils pour la radioprotection. Le Comité Européen sur les Risques des rayonnements (CERR)), qui comprend également des spécialistes de pays extérieurs à l’Union Européenne, a développé une méthodologie qui remédie aux manquements bien connus de la Commission Internationale de Protection contre les Rayonnements (CIPR)

Le modèle de la CIPR a une base physique, datant d’avant la découverte de l’ADN. Comme tous ces modèles, elle est de nature mathématique, réductrice et simpliste, et en conséquence, elle a une puissante capacité descriptive. Ses valeurs – « doses »- sont l’expression d’une énergie moyenne rapportée à l’unité de masse, les masses utilisées dans les applications du modèle étant supérieures à 1 kg.

Par analogie, un tel modèle ne distinguerait pas entre l’énergie moyenne transférée à une personne qui se chaufferait devant un feu de cheminée, et à une personne qui avalerait un morceau de charbon ardent. Dans ses applications aux problèmes en question – une exposition interne, à de faible doses d’isotopes ou de particules – il a été utilisée de manière purement déductive.

La base d’application de l’ICRP est la quantité de cancers et de leucémies, suite à l’exposition à une irradiation gamma externe, aigue, à haute dose, d’un grand nombre de personnes à Hiroshima. En plus de cela, d’autres arguments basés sur des moyennes, ont été utilisés pour affirmer qu’il existe une relations linéaire simple (dans le domaine des faibles doses) entre la dose et la quantité de cancers. Cette base « Linéaire Sans Seuil » (LNT), permet de calculer, de manière simple, les augmentations de cancers prévisibles, par rapport à chaque irradiation externe donnée.

En comparaison, la démarche de l’ECCR est de type inductive, du type « regarder par la fenêtre » ce qui se passe dans le monde réel. Il existe de nombreuses données sur des taux anormalement élevés de cancers et de leucémies dans des populations vivant à proximité de sites nucléaires, en particulier quand (autour des usines de retraitement) les mesures dans l’environnement montrent une contamination par des radioisotopes artificiels. Par ailleurs, des populations entières ont été exposées aux retombées des essais nucléaires en atmosphère, les personnes vivant sous le vent, près des sites nucléaires ainsi que les cohortes exposées suite à des accidents (par exemple la cohorte des enfants leucémiques de Tchernobyl), ou suite à leur travail dans l’industrie nucléaire civile ou militaire.

En rédigeant ses Recommandations, le Comité a tenu compte d’une série d’études épidémiologiques, montrant une augmentation de la morbidité et de la mortalité par cancers, associée à des rejets radioactifs, comme la corrélation entre les retombées mondiales des essais nucléaires et l’épidémie de cancers du sein actuelle.

Le Comité a également pris en compte des études récentes sur des phénomènes comme l’instabilité génétique, et l’effet de proximité, qui peuvent induire des effets somatiques non cancéreux.

Il ne suit pas la CIPR, lorsqu’elle pense que la seule conséquence stochastique de l’exposition aux rayonnements est le cancer. Des atteintes générales à la santé, dont on souffre pendant toute sa vie, sont sans doute plus difficiles à quantifier, vu que ces chiffres peuvent aussi être dus à des progrès de santé publique, à une amélioration des conditions sociales, mais cette difficulté ne signifie pas que les rayonnements n’ont aucun effet sur ces paramètres.

Le Comité a, entre autres, tenu compte de données sur l’augmentation des taux de mortalité infantile, suite aux retombées globales des essais nucléaires en atmosphère, des données récentes sur la mortalité infantile et les enfants morts-nés, dans des régions avec contaminations différentes, de l’usine de retraitement et de fabrication nucléaire de Mayak, ainsi que des données sur une série de maladies non cancéreuses, à Hiroshima et dans les régions contaminées par l’accident de Tchernobyl. Le Comité considère que ces données sont confirmées par des travaux expérimentaux.

En conséquence, le Comité a déterminé des facteurs de risques pour des catégories d’atteintes mesurables. Là où les données précises manquaient, il a extrapolé à partir de la mortalité infantile et d’autres indicateurs, pour qualifier le risque « qualité de vie diminuée pour une personne ». Il estime que cette réduction de la qualité de la vie, repose sur une large palette de morbidité qui conduisent à des morts prématurées, dans un système où d’autres facteurs resteraient constants. Les facteurs de risque sont donnés.

Le Comité a développé des facteurs de pondération, afin de tenir compte des divers dangers, associés à différents types d’expositions. Les nouvelles pondérations, dites « facteur de danger biophysique » (Wj) et « facteur de danger lié à la biochimie de l’iosotope » (Wk), présentent un grand avantage : bien que les risques nouvellement perçus des faibles doses, suite à des expositions internes ou externes, puissent être bien plus élevés que ce que supposait la CIPR, il n’est pas besoin de changer les cadres législatifs actuels, concernant les doses maximales permissibles.

Ce sont les doses elles-mêmes, qui seront calculées différemment. Ceci est particulièrement pertinent pour l’estimation des atteintes à la santé dues a une irradiation chronique par de faibles doses, suite à l’ingestion ou  à l’inhalation de radioéléments rejetés dans l’environnement, dans le cadre d’autorisations légales ou suite à des accidents.

Ceci a des implications importantes pour la réglementation des rejets, ainsi que pour la dérégulation des territoires contaminés et des matériaux issus de la déconstruction nucléaire.

Le ECCR a appliqué les nouveaux facteurs de pondération Wj et Wk, aux données de l’IUNSCEAR pour la dose collective due à des retombées radioactives, y compris des essais nucléaires, jusqu’en 1989. L’impact total sur la santé humaine est calculée et comparée avec les données de la CIPR :

– Total des morts par cancers : 61 619 512,  (CIPR  : 1 173 606),

– Total des cancers : 123 239 024 ,(CIPR : 2 350 000),

– Mortalité infantile :  1 600 000, (non prise en compte par la CIPR),

– Mort foetale : 1 880 000, (non prise en compte par la CIPR),

– Perte de la qualité de vie : 10%, (non prise en compte par la CIPR).

Le Comité reconnaît le problème éthique posé par l’exposition de populations à des substances mutagènes sans qu’elles le sachent et sans qu’elles y consentent,et quand un grand nombre des personnes exposées (beaucoup d’entre elles n’étant pas encore nées), n’en tirent aucun bénéfice pour contrebalancer les atteintes à leur santé. C’est pourquoi le Comité s’est entouré de moralistes, juristes, environnementalistes et d’universitaires, spécialistes des attitudes sociales face au risque et à la construction de la connaissance.

Les Recommandations présentent une critique de l’approche éthique, essentiellement utilitaire, de la CIPR, et une alternative dérivée des théories de Rawls basée sur les droits.

Voir www.euradcom.org pour « renseignements sur le Comité », la « Base et le Sujet du Rapport », et le « Sommaire » .

La publication des « Recommandations du Comité Européen sur les Risques des Rayonnements pour la Radioprotection, Effets sur la Santé de l’Exposition à de Faibles Doses de Rayonnements », Edition des Régulateurs » est attendue pour la mois de janvier 2003. Une annonce ultérieure parviendra par email.

Le prix du volume est de 45 £UK (75 Euros)

Le Comité souhaite diffuser très largement ce volume. Il a décidé de réserver un certain nombre de volumes, vendus à prix coûtant, aux personnes, étudiants et autres, pour lesquels le prix serait trop élevé. Le prix coûtant est de 15 £UK (25 Euros)

L’information pour une commande, ainsi que l’adresse de contact, se trouveront très prochainement sur le site www.euradcom.org